Un bref historique sur SIL Sénégal


SIL logo

SIL est présent au Sénégal, en Gambie et en Guinée-Bissau depuis 1982. En 1984, un protocole d'accord a été signé avec le Gouvernement du Sénégal, suivi par un autre la même année avec le Gouvernement de la Guinée- Bissau. SIL n’a pas de présence officielle en Gambie mais a un impact indirect dans ce pays grâce à des projets  transfrontaliers.

SIL International a pour objectif d’être un partenaire dans le développement des langues et dans le  renforcement  des capacités en vue d’un développement linguistique durable, au service de toutes les communautés ethno-linguistiques du monde, par la recherche, la traduction, la formation et le développement de matériaux didactiques dans ces langues. En accord avec cette vision, SIL a commencé à faire l'inventaire des langues présentes au Sénégal dans les années 1980, par des enquêtes linguistiques pour le Soninké et pour les langues Tenda à l'est, les langues Cangin autour de Thiès et les langues Bak de la Casamance. Sur la base des résultats de ces enquêtes, SIL a mis en place en 1987 quatre programmes de langues à travers le pays : au nord à Podor, au sud-ouest à Sindian,  à l’est à Bakel et à Tambacounda au centre. SIL s’est retiré de la Guinée -Bissau dans les années 80. Nous n’avons jamais renouvelé une présence officielle dans ce pays, mais nous soutenons les activités de développement des langues grâce à des accords avec des organisations locales.

En 1989, le bureau SIL près de Colobane dans la zone industrielle de Dakar a été inauguré par Mme. Ndiaye, Ministre du Développement Social. Le bureau se trouve toujours là et les locaux ont été considérablement agrandis en 2001. A partir de 1994, SIL travaillait dans les langues suivantes : jola fonyi , kasa , kerak , kwatay , ndut , noon , pulaar , saafi - saafi , wamey , soninké et wolof .

Depuis sa création, SIL a cherché à collaborer avec les communautés locales pour soutenir le développement des langues minoritaires avec des cours d'alphabétisation, de la formation technique (« cours d’introduction à la linguistique » avec enseignement des concepts de base en phonétique, phonologie et morphologie), des formations à la gestion, à la création et l'édition de documents écrits et à la traduction de portions de la Bible. L’imprimerie a sorti des centaines d’ouvrages en langue vernaculaire et des centaines de milliers d'exemplaires de matériaux didactiques. Le service audio- visuel (VMS ) produit des enregistrements dans une large gamme de formats de médias. Nos experts  en ethnomusicologie aident les églises à intégrer la musique et les chants traditionnels dans la création de nouveaux chants.  Il existe également un logiciel puissant qui facilite la traduction de langues apparentées.


En 2000, SIL International a initié un changement radical en adoptant une approche plus directe sur le renforcement des capacités et l'autonomisation des partenaires nationaux. Depuis la fin des années 90, trois programmes de traduction ont été menés par des ressortissants sénégalais. SIL soutient la formation informelle et le travail de l'alphabétisation d’adultes et d’enfants en partenariat avec des organisations locales, qui sont de plus en plus positionnées à un niveau de responsabilité dans tous les domaines où elles sont formées et encadrées. SIL continue à renforcer ses liens avec l'Etat ainsi qu'avec des partenaires tels que les ONG, les églises, les missions et les associations locales au Sénégal.

Depuis 2008, SIL s’est intéressé à  l'Education Multilingue et aux apports de la langue maternelle à l'éducation formelle. SIL soutient également le projet de développement agricole « Beer Shéba » dans le département de Mbour. Ce projet forme des jeunes paysans dans de nombreux domaines, en particulier celui de l’agro-foresterie.  Le programme d'apprentissage utilise les langues locales. Un suivi des stagiaires est effectué après la formation.

En 2013, SIL est directement impliqué dans la recherche linguistique , l'alphabétisation ou la traduction dans les langues bandial , jola-fonyi, gusilay, karon, laalaa, mankanya, manjaku, palor, noon, ndut, oniyan ( bassari ), saafi - saafi, sérère-sine et wamey ( konyagi) . Des milliers de brochures/livrets  en langues locales ont été publiés depuis 1984. À la suite de programmes d'alphabétisation, des milliers de personnes ont appris à lire et à écrire dans leur propre langue. Pour ceux qui n'ont jamais été à l'école, c'est une grande réussite personnelle. Pour ceux qui ont déjà été scolarisés, il s’agit d’un renforcement de leur patrimoine ethnique et d’une déclaration de l'importante contribution de chaque langue et de chaque culture au développement du Sénégal.